Skip to content

Accueil > arts visuels > PAG : Projets Artistiques Globalisés > PAG 2019/2020 > PAG "Napoléon : ma vie en 6 courts-métrages" > La salle aux abeilles

La salle aux abeilles

dimanche 28 juin 2020, par Gillis Stephanie

Vendredi 26 juin 2020, classe de CM2 de Mme Dauvet, école élémentaire Théophile Gauthier, Brienne le Château 

Thibaut Gobry, réalisateur

 

 La salle aux abeilles

Cliquer sur l’image pour accéder au court-métrage.

Avant la projection

Il faut être parfait : ne pas chuchoter, ne pas regarder la caméra, sinon il faut tout recommencer !

C’est long de tourner une scène, ça nous a pris 2h00 à 3h00 : il fallait recommencer, recommencer, recommencer pour que tout soit parfait !

Il ne fallait pas chuchoter, ne pas regarder la caméra, sinon on devait tout recommencer !

Il faut aussi bien jouer son personnage :, être à sa place, être naturel, sinon ça ne va pas.

 

Le montage

Thibaut : A votre avis, comment j’ai fait ?

  • Tu enlèves les parties inutiles.
  • Tu rassembles toutes les scènes qu’on a fait et tu mets le son.
  • Tu mets les scènes dans l’ordre parce qu’on a tourné dans le désordre.

Thibaut : Dans le film vous deviez changer de vêtements parce qu’il se passait plusieurs jours. A chaque fois que l’on faisait un plan, on faisait plusieurs prises, oui jusqu’à 14 prises ! On peut avoir un problème de son, un problème d’acteur…

Vous savez qu’elle est l’une des différences très importante entre le théâtre et le cinéma : au théâtre on répète pendant un mois ou deux avant de faire le spectacle. Au cinéma, les acteurs répètent assez peu, voire pas du tout. Faire plusieurs prises c’est normal.

  • C’est pour choisir la bonne !

Thibaut : On a fait un film de 13 minutes. C’est énorme !

J’ai fait le montage, j’ai retiré ce qui ne fonctionnait pas, j’ai choisi les meilleures prises, je les ai raboutées et j’ai essayé de trouver le bon raccord pour que tout s’enchaine bien. Ensuite j’ai travaillé le son.

  • Tu dois le mettre plus fort, moins fort.
  • Tu as mis un peu de musique, un peu d’ambiance. Par exemple si le personnage court tu mets une musique énergique.
  • Tu dois rajouter des sons à certaines parties du film.

Thibaut : Et oui, je récupère aussi des sons que vous avez faits vous-même et que je replace à un autre endroit. On a enregistré des sons ensemble et je les ai replacés sur les bonnes images.

Thibaut : Je vous rappelle les étapes : le montage image, le montage son et le mixage.

 

Après la projection

Mme Dauvet : La scène finale était différente mais suite au protocole sanitaire on n’a pas pu la tourner.

Mme Dauvet : Le générique, vous l’avez tous regardé et vous l’avez tous lu. Là, on a envie de voir son nom apparaitre. Vous en pensez quoi ?

  • Ça fait bizarre, parce que d’habitude on ne connaît pas les personnes mais là c’est nos noms.

Mme Dauvet : Qu’est-ce que vous avez ressenti quand vous vous êtes vus ?

  • Moi j’étais perturbé de me voir et de m’entendre.
  • Moi ça me faisait un peu rigolé.
  • Je ne savais pas comment j’avais joué et je ne savais pas ce que ça allait rendre.
  • Ça m’a fait bizarre d’entendre ma voix au micro parce qu’en fait ça n’est pas du tout la même.
  • C’est gênant de montrer son visage à tout le monde.

Thibaut : Et oui, car quand vous parlez, vous n’entendez pas votre voix de la même manière que les autres.

  • Ma scène préférée c’était quand les ingénieurs trafiquaient la machine.
  • Ça ne serait pas mal s’il y avait, à la fin du film, les gags.