Skip to content

Accueil > arts visuels > PAG : Projets Artistiques Globalisés > PAG 2015/2016 > PAG « Des plumes au feuillage, parcourir des techniques d’impression (...) > Le petit coq qui rêvait d’être chevalier

Le petit coq qui rêvait d’être chevalier

dimanche 24 avril 2016, par Gillis Stephanie

Jeudi 21 avril 2016, classe des CE2/CM1 de M Masset, école élémentaire de Morvilliers

Intervention de Yuna Moret

Le petit coq qui rêvait de devenir chevalier

Les élèves ont écrit le déroulé de leur projet.

 

Ecriture du conte

Maître Stéphane nous a lu l’histoire des poules Carméla et Piticoq, qui sont les parents de Carmélito. Le petit coq rêve d’aller sur la Lune. Nous avons ensuite inventé une autre histoire à partir des personnages de ce conte.

Nous avons écrit des parties du conte tout seul, puis corrigé tous ensemble. Les élèves dictant le texte au maître. Les élèves n’étaient pas toujours d’accord. Il a fallu faire des choix.

 

Les interventions de Yuna

Yuna est une artiste qui est venue nous aider à faire les illustrations du conte.

Les fonds des pages du livre

A l’aide d’un large pinceau plat, nous avons recouvert une plaque de carton plume blanche avec de l’encre jaune orangée. Nous avons tous fait la même chose, mais personne n’a eu le même résultat. C’est super facile et très amusant.

On a mélangé les couleurs (primaires : bleu, jaune, magenta) dans une assiette (palette) pour obtenir d’autres couleurs.

Yuna marquait au tableau les couleurs que l’on devait mélanger et le résultat obtenu :
jaune + bleu = vert - magenta + jaune= orange magenta + bleu = mauve

A ces couleurs, on a ajouté aussi du blanc. Nous avions tous des couleurs différentes car nous ne mettions pas la même quantité de peinture.

Des tampons avec des pommes de terre.

Des parents accompagnateurs ont coupé les pommes de terre que nous avons sculptées, gravées avec une gouge. Nous avons trempé le tampon-patate dans la peinture puis appliqué sur des feuilles blanches. On a tamponné comme des artistes, comme des fous, comme des artistes fous.

Le frottage

Yuna nous a prêté des crayons de luxe : des mines de plomb (cher et fragile).

Nous avons mis une feuille sur des murs, des sols, des objets de différentes matières, des tampons, puis on a frotté avec les crayons. Des marques noires (et grises) sont apparues sur la feuille blanche, comme des dessins. C’était trop bien ! (On avait les doigts tout noirs).

Carte à gratter

On avait une feuille. Yuna nous a prêté des pastels pour recouvrir la feuille de plusieurs couleurs. Nous avons ensuite recouvert avec de l’encre de Chine. Avec un cure dent on a gratté pour dessiné des feuilles et des plumes.

Monotype

Sur une plaque en plastique (plexiglass), nous avons mélangé les couleurs primaires et le blanc avec un rouleau. Avec un coton tige, les élèves ont dessiné. On a posé une feuille blanche sur le dessin, appuyé, puis on l’a enlevée et obtenu une reproduction à l’envers.

Mise en page du conte

Nous avons découpé les coqs, les personnages, les plumes, les lieux, … dans toutes les feuilles que nous avions réalisées avec Yuna.

On a réfléchi à l’ordre dans lequel nous devions positionner les personnages.

Les élèves ont collé tous les éléments du conte.

 

A l’Ecomusée

Visite de l’Ecomusée

Dans l’ancienne école de l’écomusée, on a vu de vieux objets appartenant à des écoliers ou au maître et nous avons écrit avec des stylos plumes et de l’encre.

On a vu une ancienne boucherie-charcuterie, une chambre, une salle à manger, un salon de coiffure, des tracteurs et calèches, des fers à repasser, des machines à laver… sans électricité ni eau courante.

Gravure

Nous avions dessiné les personnages du conte à l’école. Nous les avons reproduis à l’aide d’un papier carbone sur des morceaux de lino. A l’aide d’une gouge, nous les avons ensuite gravé. Ils ont servis ensuite lors de l’atelier imprimerie.

Atelier imprimerie

Nous avons vu une ancienne imprimerie, nous avons formé nos prénoms avec des caractères (lettres) en plomb (à l’envers) en majuscules, minuscules dans différentes écritures (police), des espaces et des frises décoratives. Nous avons imprimé la première et quatrième de couverture de notre conte à l’aide de la presse.

 

L’avis des élèves

L’écriture du conte a été appréciée par la plupart des élèves.

Yuna est une artiste peintre. Une artiste c’est quelqu’un qui fait de la peinture, du dessin qui travaille de manière professionnelle c’est-à-dire qu’elle est forte, qu’elle sait bien faire.

Avec Yuna on a appris pleins de choses : se servir d’une gouge, les mélanges de couleur, le monotype…

C’était chouette d’avoir une artiste dans l’école.

Portfolio