Skip to content

Accueil > arts visuels > PAG : Projets Artistiques Globalisés > PAG 2015/2016 > PAG « Métamorphose : l’objet étrange et merveilleux » > PAG « Métamorphose, l’objet étrange et merveilleux : Figures articulées (...)

PAG « Métamorphose, l’objet étrange et merveilleux : Figures articulées »

mardi 1er décembre 2015, par Gillis Stephanie

Lundi 30 novembre 2015, classe des CM1-CM2 de Mme Guyon, école élémentaire de Châtres

Intervention de Yuna Moret, artiste plasticienne troyenne

Après avoir dessiné un croquis en couleur du monstre qu’ils ont créé, les élèves ont tracé puis découpé leur monstre à la taille réelle, dans du carton. Une attention toute particulière a été portée aux articulations permettant ensuite, à l’aide d’attaches parisiennes, d’articuler chacune des étranges créatures réalisées.

Puis les élèves ont ajouté quelques éléments afin de créer du volume pour souligner les particularités de leur monstre.

En parallèle, chaque élève a écrit et illustré la carte d’identité de son monstre : nom, nom savant, adresse, taille, poids, progéniture, menu, signe particulier. Cette carte sera présentée lors de l’exposition des productions des élèves en juin, à CAMAC.

Quelques remarques d’élèves

« C’est créer le personnage qui me plaît. »

« C’est super bien, on invente des choses qui n’existent pas, on le fait à partir de notre imaginaire. »

« J’aime bien, on crée, on décore et après c’est beau. »

« Sur nos monstres, on peut bouger ce que l’on veut, les rendre vivants, réalistes. »

« On fait n’importe quoi, on ne travaille pas comme normalement… »

 

 

Lundi 30 novembre 2015, classes des CE1-CE2 de Mme Schwartz, école élémentaire de Châtres

Sous le préau de l’école, des branchages attendent les élèves. Chacun choisit un élément qui lui convient pour créer une créature imaginaire.

De retour en classe, les élèves, avec les matériaux qu’ils ont à leur disposition (mousse, fil de fer, boule de cotillon, pique à brochette, cure-dent, bouton, perle, noix, plume, ruban, papiers divers…) réalisent leur production.

En parallèle, les élèves à partir des fonds obtenus lors de la séance précédente « Autour de la tâche » sont invités à exploiter leur réalisation pour créer un ou plusieurs monstres imaginaires en ajoutant au crayon ou feutre différents éléments.

Quelques remarques d’élèves

« C’est un échec parce qu’on voulait faire une grosse abeille on avait tout préparé et quand on a demandé à Yuna on devait faire une production tout seul. Même si j’ai fait tout seul mon abeille je suis content. »

« Au début je ne trouvais pas d’idée. Ensuite j’ai collé des choses. »

« Je n’avais pas d’idée puis j’ai fait un hippocampe. C’est venu en cours de travail. »

« J’ai bien aimé mon travail. Au début j’avais vu qu’il y avait des piques. Je les ai pris. Je me suis demandé ce que je pouvais faire avec ça. Ensuite, en assemblant, je me suis dit que c’était une sorte de serpent imaginaire. »

« Au début je ne savais pas ce que je voulais faire. C’est en collant que, petit à petit, j’ai eu des idées ; mais je ne sais pas à quoi ça ressemble. »

« Plus je faisais des choses, plus j’avais envie de continuer alors qu’au départ je n’avais pas envie. »

« Au départ je ne savais pas mais après, en mettant des plumes, j’ai décidé de faire une libellule.

« Je n’avais pas d’idées mais j’ai décidé de mélanger tous les animaux »

« J’ai trouvé l’idée de faire un mille-pattes dès le départ et j’ai continué jusqu’au bout. »

 

  

Interview de Yuna par deux élèves de CM2

Pourquoi avez-vous choisi d’être artiste ?

Ça me plaisait beaucoup.

A quel âge avez-vous commencé à être artiste ?

A 22 ans.

Est-ce que c’est dur d’être artiste ?

C’est compliqué de répondre à cette question. Oui et non. Ce n’est pas dur dans le sens ou l’on pleure parce que c’est difficile. Ce qui est difficile dans la vie d’artiste c’est que l’on est souvent seul, chacun travaille pour soi. Mais je préfère travailler seule, j’ai besoin de me concentrer et je ne peux pas discuter avec la voisine. Je me crée une bulle.

Quelles techniques utilisez-vous pour vos œuvres ?

Beaucoup : la gravure, le plâtre, la terre, la peinture, l’aquarelle…

Laquelle préférez-vous ?

Aucune, pas de préférence, j’ai besoin de changer, tout dépend de ce que je veux faire.

De quoi ou de qui vous êtes-vous inspirée pour créer vos dessins ?

Pour la dernière exposition, Dérive, je me suis inspirée d’Hokusai et Pincemin.

Combien de temps mettez-vous pour créer une œuvre ?

De 3h00 à 3 mois.

Est-ce que vous vendez vos œuvres ?

Oui je vends mes œuvres.

Est-ce dur de faire ces œuvres ?

C’est parfois compliqué, syndrome de la page blanche.

Pourquoi n’illustrez-vous pas des livres ?

Parce que c’est un autre métier, qui est très beau, mais qui n’est pas le mien. L’illustration c’est adapter une création par rapport à un texte. Moi je n’ai pas le besoin d’adapter mon dessin à l’écrit de quelqu’un d’autre. Je préfère choisir seule. Je suis contente de pouvoir faire des très très grands formats qui ne rentrent pas dans un livre.

Portfolio