Skip to content

Accueil > arts visuels > PAG : Projets Artistiques Globalisés > PAG 2020/2021 > PAG " In situ " > Cristina Escobar > Peinture murale : première !

Peinture murale : première !

mercredi 2 décembre 2020, par Gillis Stephanie

Mardi 1er décembre 2020, classe de CE1/CE2 de Céline Gyé Jacquot, école élémentaire Robin Noir, Saint Julien les Villas

Intervention de Cristina Escobar

 

La classe est divisée en 3 groupes : un groupe avec Cristina, un groupe avec la maitresse et un groupe en autonomie. Les groupes tournent durant l’intervention.

 

Atelier peinture murale

En amont, Cristina a dessiné sur le mur les contours des pays. Chaque classe de l’école s’investit dans le projet.

Observation de la peinture murale déjà réalisée.

Un élève : C’est une partie du globe !

Cristina : C’est quoi ?

Un élève : Des terres, des pays et des continents aussi !

Cristina : Nous avons commencé hier, on a peint tout ce qui est terre, on ne peint pas la mer. C’est de quelle couleur ?

Un élève : Du gris clair.

Cristina : Comment on obtient du gris clair ?

Un élève : Du noir et beaucoup de blanc.

Cristina : Super ! Vous avez vu sur le mur, il y a déjà un dessin.

Un élève : On va colorier en gris, c’est ça !

Cristina : On va peindre. Vous n’avez pas peur de vous salir les mains ?

Les élèves : Non !!!

Cristina : Est-ce que vous avez déjà peint sur les murs ?

Un élève : Oui moi j’ai déjà fait des graffs ! moi j’ai déjà peint sur les murs avec mon papa. Pas moi !

Cristina : Aujourd’hui on a le droit de le faire !

Cristina : On ne peut pas avoir des petits pâtés de peinture, on doit tout bien étaler. C’est une montagne de peinture, il faut aplatir la montagne et donc bien étaler la peinture.

Et si je peins en laissant un espace sans peinture, est-ce que c’est bien ? Non ! Moi j’appelle ça un mensonge. Pour effacer le mensonge, on remet de la peinture et on l’étale bien ! Je dis mensonge car pour moi la peinture, c’est la vérité !

Cristina : Attention on ne dépasse pas les contours. Quand on prend de la peinture on doit toujours pouvoir voir les poils du pinceau. On essuie ce qui est en trop. Il y a un secret pour bien réussir une peinture : on ne se dépêche pas, doucement, on n’est pas pressé, on a tout le temps, on va petit à petit et on ne se pousse pas !

 

Cristina : Je vous donne des pinceaux fins pour les bords et les plus gros pour peindre le centre. On prend le pinceau comme un crayon de papier. Si on veut être précis avec le pinceau on s’approche des poils et si on s’éloigne on sera beaucoup moins précis. On ne tient pas le pinceau comme une épée !

 

Les élèves s’engagent pleinement dans l’action.

Cristina : Vous êtes concentrés ! C’est bien ! C’est précis !

 

Cristina : STOP : on arrête et on regarde. Qu’est-ce que vous voyez ?

Un élève : Là il n’y a pas de peinture. Il y a du blanc.

Cristina : Et au niveau des bordures ?

Un élève : Ça va !

Cristina : On voit encore parfois tout le crayon. Vous allez finir tous les mensonges que vous voyez aux bordures.

 

 

Atelier banderole : le Canada

En amont, chaque classe a choisi un pays, a identifié les éléments caractéristiques puis les a dessinés. A partir des dessins Cristina a créé des visuels pour les banderoles.

Un élève : Aujourd’hui on trace le tour des formes pour faire des dessins qui iront sur la banderole.

Un élève : Les dessins vont être mis sur la banderole.

La maitresse : A quoi ça sert un gabarit ?

Un élève : On va découper la forme et on va la coller sur la banderole.

La maitresse : Est-ce que l’on va coller sur le tissu ?

Un élève : Non !

La maitresse : A quoi sert le papier ?

Un élève : Le papier va nous servir à faire les dessins sur le tissu.

La maitresse : Oui. Un gabarit ça sert à reproduire des formes.

 

 

 

Portfolio