Skip to content

Accueil > arts visuels > PAG : Projets Artistiques Globalisés > PAG 2019/2020 > PAG " In situ " > Un pyjama pour deux

Un pyjama pour deux

mardi 19 novembre 2019, par Gillis Stephanie

Mardi 19 novembre 2019, classe de CE1/CE2 de madame Laura Vassereau, école élémentaire Paul Bert, la Chapelle Saint Luc

Intervention de Manon Harrois, CAC Passages, Troyes

 

Visite de l’exposition « Un pyjama pour deux »

 

1ère rencontre avec Manon pour les élèves, avant qu’elle n’intervienne dans leur école.

Dans le couloir d’entrée du centre d’art.

Manon : « Un pyjama pour deux » c’est le titre de l’exposition que j’ai réalisé avec Sarah Bichao, une artiste portugaise. Ça vous fait penser à quoi ce titre ?

Les élèves :

  • Je suis rentrée dans le même pyjama avec ma sœur.
  • On se partage la moitié.
  • C’est un peu comme ça (en montrant la sculpture « Soldat »). Puis réaction sur cette œuvre.
  • Un pied dedans et l’autre dehors.
  • Mais il a 4 bras et 4 jambes !
  • C’est deux fois le même corps !
  • C’est 2 corps qui sont collés et essaient de se détacher.
  • C’est comme des chaines.
  • On se sert du pyjama pour dormir la nuit.
  • On peut rêver, faire des cauchemars.
  • Ils rêvent qu’ils sont collés et c’est une seule personne en même temps.

Manon : Cette exposition parle de choses qui ressembleraient à un rêve éveillé. A deux dans un pyjama on est peut-être obligé de partager.

 

Les élèves avancent dans l’exposition des œuvres de Sarah Bichao.

Manon : Dans cette salle il y a des sculptures et des spectateurs. Sarah parle peut-être d’un spectacle en train de se jouer.

Un élève, en montrant un masque : je sais avec quoi elle l’a fait ! C’est avec des paquets d’œufs !

Manon : Sarah a utilisé des matériaux que l’on connait.

Les élèves, devant « Spectateur » :

  • Ça fait penser à un épouvantail – à quelqu’un au pôle Nord.
  • Il a des ailes.
  • C’est comme un clown.
  • Il n’a pas de bras, pas de pieds.

Les élèves, devant « Le sorcier » :

  • Il se penche.
  • Il regarde l’autre.
  • Il se baisse comme si c’était la fin du spectacle, il salue.

Manon : Dans une exposition il y a plein d’hypothèses possibles, on a le droit de tout imaginer.

 

Les élèves changent de salle pour découvrir les œuvres de Manon Harrois.

  • C’est du bois.
  • On dirait un tunnel.
  • Je vois comme une grande cornemuse.
  • C’est un tronc d’arbre.
  • C’est quand il y a la guerre, c’est pour prévenir qu’ils sont là.

Manon : C’est un arbre instrument, qui fait du son. On a demandé à un musicien d’utiliser ce qu’il avait autour de lui dans cette salle pour essayer de créer une musique. L’arbre s’appelle le tremble.

  • C’est comme un xylophone.

Les élèves commentent les différents sons produits : c’est plus cloche, plus clair, plus aigu…

  • A l’intérieur il y a comme des petites étagères pour mettre des objets.
  • Ah oui, il y a une main.
  • On dirait un toboggan.

Manon : Dans les rêves, parfois on a l’impression qu’il y a des tunnels.

Un élève : Il y a plein de petits objets fait par plein de personnes.

Manon : Ces objets ont été trouvé dans le sol de Troyes lors des fouilles, on sait qu’ils datent d’il y a très très très longtemps, de l’époque romaine. Ils appartiennent au musée de Troyes. Ce ne sont pas des sculptures pour la décoration, c’est de la sculpture votive. Ça fait penser à un autre mot que vous connaissez : un vœu. Le conservateur du musée pense, qu’à cette époque, des petits objets ont été réalisés pour remercier un dieu.

 

Les élèves sont ensuite invités à se placer devant une œuvre et à la dessiner.

Pour la prochaine venue dans la classe, Manon demande aux élèves de réaliser 2 dessins : Le souvenir d’un rêve et Un rêve les yeux ouverts (ce que l’on voudrait faire, ce que l’on imagine).

Portfolio

Documents joints